Vivre dans la gratitude pour les Quatre Dettes

Un tel sentiment de gratitude est la reconnaissance de l’éternelle vérité qui est celle de l’humanité.

Nos parents, les êtres, notre nation et les Trois Trésors[1] forment ce qu’on appelle dans le bouddhisme les Quatre Dettes[2], Shi On[3].

En tant qu’êtres humains, nous naissons dans ce monde. Nous y grandissons, y faisons des études, y construisons une vie. Tout cela, nous le pouvons grâce aux Quatre Dettes.

En tant qu’humain, le fait d’exprimer de la gratitude pour ces dettes devrait aller de soi.

WABI034Un tel sentiment de gratitude n’est en aucune manière une quelconque pratique féodale, mais bien au contraire la reconnaissance de l’éternelle vérité qui est celle de l’humanité.

Kūkai défend le concept des Quatre Dettes en se référant au Shinji Kangyō[4], un Sūtra en 8 fascicules. Cette pensée de gratitude, il l’a mise en œuvre toute sa vie, avant d’entrer dans l’ultime méditation, l’état de Samādhi pour la protection éternelle de tous les êtres.

La gratitude pour les Quatre Dettes n’est-elle pas en soi la force directrice pour le rétablissement de nos sociétés ?

Taikō Yamasaki

[1] Le Bouddha, le Dhārma (l’enseignement du bouddhisme) et la communauté des moines ou Sangha (le maître).

[2] Au sens de « dette de reconnaissance ».

[3]四恩

[4] 心地観経 – qui enseigne la nécessité de renoncer aux mondanités pour se livrer à la contemplation de l’esprit pour accomplir la voie bouddhique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *