L'approche du Mikkyō est tout entière tournée vers la réalisation pratique de l’éveil (Satori), ainsi que l'affirme Taikō YAMASAKI, Grand Maître du Mikkyō de tradition Shingon dans la branche ancienne de Kōyasan.

Le Bouddhisme exotérique enseigne comment parvenir à Satori, en focalisant sur la problématique des illusions. Le Bouddhisme ésotérique enseigne comment parvenir à l'éveil, en focalisant sur l'éveil lui-même.

Par Ajikan, nous entendons la méditation sur la lettre « A » dont l’origine est incréée. Cette pratique peut être déclinée de trois manières distinctes sous l'appellation générique Ajikan :

 

  1. Méditer sur la phonation de la lettre « A ». C'est la méditation Asokukan

  2. Méditer sur la physionomie de la lettre « A ». C'est la méditation Gachirinkan

  3. Méditer le sens de la lettre « A ». C'est la méditation Ajikan

  • Asokukan, c’est la méditation sur la phonation de la lettre « A » et le sens de Aji « à l’origine incréée » 

  • Gachirinkan, c’est la méditation sur le sens de Aji « à l’origine incréée », avec la lettre « A » en tant que disque lunaire

  • Ajikan, c’est la méditation sur le sens de Aji « à l’origine incréée », avec comme support la phonation silencieuse de la lettre « A », le lotus, la lettre « A » sanscrite et le disque lunaire.

 

Asokukan, méditation sur la phonation de la lettre sanscrite « A », est à la fois un moyen simple et direct pour rétablir le lien rompu avec notre conscience universelle. Asokukan constitue l’essence de la méditation Ajikan.

 

Les trois éléments de la méditation

La méditation du Mikkyō ne consiste pas en une posture inconfortable qu’il conviendrait d’endurer pendant que l’on s’emploie à venir à bout des pensées mondaines.

 

On commence au contraire par s’asseoir à son aise et par abandonner toute tension. Pendant qu’on se contente de prononcer un shingon (mantra) ou de s’absorber dans la contemplation du disque lunaire, du lotus, etc., on réalise tout naturellement ce qu’est l’état de sérénité de l’esprit.

 

Pour cela, il convient de mettre correctement en œuvre les trois éléments que constituent l’harmonisation du corps, du souffle et de l’esprit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De l'angoisse au bonheur authentique

 

L’humanité est habitée par un irrépressible sentiment d’angoisse, cause de bien des tourments. Ceci pose la question du bonheur. Non pas ce bonheur que nous identifions aux titres, honneurs et biens de ce monde, mais un bonheur véritable car indéterminé, sans attachement.

 

Le passage de l’angoisse au bonheur implique tout à la fois une aptitude à aller à la rencontre de ce qui surgit, favorable ou non, et une compréhension élargie de ce qu’est la vie à la source, dans ses fondements, au-delà de ses manifestations physiques transitoires.

 

Vivre dans ce monde en accord avec l’univers, ne permet pas seulement de découvrir notre personnalité universelle. C’est aussi une rare opportunité pour saisir le caractère précieux d’une naissance dans ce monde, en tant qu'humain.

Créé avec « A », l’univers va en se développant à l’infini. Parmi les innombrables étoiles qui voient le jour dans le cosmos, voici qu’apparaît une forme vivante : vous ! Oui, cette énergie vitale représentée par la lettre sanskrite « A » est également en vous.

 

Dans le Mikkyō, cette source de vie « A » est appelée Dainichi Nyorai. Grâce à vos parents, vous êtes doté d’un corps au centre duquel siège votre pensée. Vous êtes là, dans cette vie, avec l’univers pour arrière-plan.

 

Dans cet univers éternel qui m’enveloppe, la lettre « A », immense force vitale, traverse mon corps et le nourrit. Calme, serein, tourné vers l’univers,  je prononce la phonation « A ». Lorsque semblable à une bande magnétique sans fin, « A » poursuit son cycle entre l’univers et mon corps, un échange avec la conscience universelle se produit. Mon corps et mon esprit sont revitalisés. Progressivement s’établit une vision de la vie à caractère universel qui dépasse les notions de temps et d’espace.

 

Voilà ce qu’est Asokukan, une méditation respiratoire à la dimension vaste. Une méthode simple et accessible pour bénéficier d’une bonne santé physique et psychique. 

 

Lorsque l’univers et la respiration fusionnent, l’esprit lui aussi fusionne peu à peu. Cette pratique, c’est Asokukan, la méditation respiratoire sur la Lettre « A ».

 

La méditation secrète Asokukan condense toutes les pratiques complexes de Sanmitsu Yuga, le Yoga des Trois Secrets (corps, parole, esprit), accomplies par les moines Mikkyō. C’est pourquoi Taiko YAMASAKI a résolu de l’offrir à l’humanité.

Si nous pratiquons en conscience la respiration Asokukan au quotidien, le système nerveux autonome en conserve la mémoire corporelle. Vingt-quatre heures sur vingt-quatre, même au plus fort des moments d’inconscience, tout se passe comme si l’on pratiquait la respiration Asokukan. On désigne cela avec l'expression Soku Shin (Tel que, en ce corps).