La pensée scientifique occidentale a donné le jour au matérialisme qui depuis deux mille ans, a produit la croyance dans le monothéisme et dans l’existence de l’âme.

Le Bouddhisme ésotérique Shingon (le Mikkyō) reconnaît l’esprit en tout être, toute chose. Il vénère à égalité le vivant et le matériel en tant que manifestations du corps de Dainichi Nyorai, le Bouddha qui personnifie l’essence de l’univers.

Shugyō (修行). C’est le terme par lequel le pratiquant du Mikkyō désigne les pratiques. Au premier regard, le Mikkyō se présente comme un ensemble extrêmement sophistiqué.

 

Cette complexité cache une quête d’unité qui prend la forme d’un Yoga complexe. Bien avant que le mot « Yoga » soit popularisé dans le monde, la langue japonaise désignait avec le mot Yuga (瑜伽) l’unité de l’esprit. L’aspirant moine qui pendant 100 jours (dans la branche Kōyasan) suit le très rigoureux programme des « Quatre Ascèses Cumulées (Shido Kegyō), se forme aux bases de ce Yoga.

 

Pour autant, le Mikkyō ne saurait être qualifié d’enseignement élitiste, dont les mérites seraient réservés aux seuls moines. Certaines pratiques du Mikkyō sont accessibles aux laïcs. Par chance, nous vivons à une époque où de grands moines se sont attachés à populariser certaines pratiques, jusqu’il y a peu uniquement accessibles à certains moines. Ainsi de YAMASAKI Taikō avec la méditation Ajikan et de ODA Ryūkō avec Kaji.

YAMASAKI Taikō a affirmé en maintes occasions que la méditation Ajikan était l’essence du Mikkyō. Cette pratique simple, qui n’exige pas de disposition ni de moyen particuliers, nous conduit à nous relier à notre véritable nature qui n’est pas le soi étriqué auquel nous nous référons habituellement. Avec Ajikan, nous réintégrons progressivement notre véritable dimension qui est au-delà des notions et catégories, nous reliant ainsi à la source d’énergie vitale de l’univers.

Kaji, c’est le transfert et l’ingression de la force et de la compassion du Bouddha. Kaji apporte la paix sacrée de l’esprit et renforce l’énergie vitale. Le révérend ODA Ryūkō déploya de considérables efforts pour remonter aux sources des enseignements du Mikkyō authentique, avec pour résultat une claire compréhension de Kaji et ses effets curatifs. Il découvrit ainsi que cette pratique ne dépendait ni de la mise en œuvre de dures ascèses ni d’un savoir.

 

Grâce à ces deux maîtres, toute personne portée par le désir sincère de découvrir la vérité qui git au plus profond d’elle-même peut désormais entrer dans la voie du Mikkyō. Ce site est autant une passerelle tendue vers ces futurs pratiquants que le témoignage d’une profonde reconnaissance pour les maîtres du Mikkyō qui nous rendent plus proches des enseignements longtemps fermés au public.