宿坊 Shukubō : résider en temple

 

C’est à partir du IXe Siècle que le temple bouddhiste s’ouvre progressivement à l’hébergement temporaire des laïcs.

 

Pendant la période Edo (1603 ~ 1867), les sanctuaires et temples attirent une foule nombreuse, encourageant le développement d’un mode résidentiel « chez le moine », connu sous le nom de Shukubō[1].

 

L’essor du tourisme conduira un nombre croissant de temples à proposer des week-ends en Shukubō dans des sites mythiques tels que Kōyasan ou Shikoku, célèbre pour son pèlerinage des 88 temples.

 

Sur place, priorité au calme et à la discipline : nourriture végétarienne, lever tôt le matin, pratique du Shakyō[2] et de la méditation Ajikan.

 

Pour toutes celles et ceux qui aspirent à se tremper dans l’atmosphère du Mikkyō, le séjour en temple à Kōyasan est incontournable et dit-on, garant d’influences fortes, une fois quitté le lieu de retraite.

Pour plus d’informations : http://eng.shukubo.net/index.html

 

[1] 宿坊 Littéralement « loger chez le moine »

[2] 写経 Calligraphie du Hannya Shingyō (le Sūtra du Cœur de la Perfection de Sagesse Transcendantale)